| 
 

 farazdak

   



avatar

: 118
: 32
/ :
:
: 18/06/2008

: farazdak    09, 2008 7:46 pm

Laysa Al-Gharib
: "
Zayn Al-Abidn Ali ibn Al-Hussayn ibn Ali ibn Abi Talib a dit dans son pome intitul : Laysa al-gharb
(


*

Ltranger nest pas ltranger du Cham ou du Ymen * Ltranger est plutt ltranger de la tombe et du linceul

*
Certes ltranger a un droit pour son tranget * Sur les rsidents des villes et des demeures

*
Ne repousse pas un tranger pour son tranget * Le temps le repousse dj par lhumiliation et les preuves

*
Mon voyage est long et mes provisions ne me permettront pas datteindre ma destination * Mes forces faiblissent et la mort me demande

*
Et jai encore des pchs que je ne connais pas * Allah les connat, quils soient secrets ou publics

*
Comme Allah est clment envers moi de mimpartir un dlai * Et certes, jai persist dans mon pch et Il me protge

*
Les heures de mes jours passent sans regrets * Sans pleurs, ni peur, ni tristesse

*
Je suis celui qui ferme les portes en persistant * Dans la dsobissance et lil dAllah me regarde

*
Ô erreurs crites dans linsouciance dsormais envole * Ô regrets qui restent dans le cur qui me consume

*
Laisse-moi me lamenter sur moi-mme et regretter * Je passe mon temps dans le rappel et la tristesse

*
Cesse tes reproches, toi qui me critiques * Si tu connaissais vraiment ma situation tu me trouverais des excuses

*
Laisse-moi verser des larmes sans fin * Peut tre que l'une d'elles me dlivrera

*
Comme si je gisais parmi ces gens, * Sur le lit, et que leurs mains me retournent

*
Et se sont runis autour de moi celui qui se lamente * Qui pleure sur moi, qui annonce mon dcs et celui qui gmit

*
Ils sont venus avec un mdecin pour me soigner * Et je ne pense pas que la mdecine me profitera aujourdhui

*
Mon agonie sintensifie et la mort mentrane * De chaque veine, sans douceur et sans bont

*
On a retir mon me dans son dernier souffle * Et ma salive est devenue amre dans mon dernier rle

*
Ils mont ferm les yeux et sont tous partis * Aprs le dsespoir, ils ont fait leffort dacheter le linceul

*
Le meilleur dentre eux sest lev avec empressement * Vers le laveur des morts afin de me laver

*
Et il a dit gens ! Nous voulons un laveur adroit * Libre, sagace, intelligent, connaisseur, perspicace

*
Un homme parmi eux est venu et ma dpouill * De mes vtements, ma mis nu et ma laiss

*
Ils mont allong sur les feuilles * Et au-dessus de moi, le murmure de leau qui me lave

*
Il versa de leau sur moi et me lava * Par trois fois, puis demanda aux gens quon lui apporte le linceul

*
Ils mont habill dun vtement sans manche * Et lorsquil ma embaum, je navais plus que cela pour moi

*
Ils mont sorti de ce bas monde dsol * Dtre parti sans provisions qui me permettent datteindre ma destination

*
Mont port sur leurs paules quatre * Parmi les hommes et derrire moi le convoi funraire

*
Ils mont amen au mihrab et se sont mis * Derrire limam qui a pri puis ma fait ses adieux

*
Ils ont accompli sur moi une prire sans ruku * Ni sujud, en esprant quAllah me fera misricorde

*
Ils mont descendu doucement dans ma tombe * Et lun dentre eux sest avanc pour my dposer

*
Il a dvoil mon visage pour me voir * Et les larmes coulrent de ses yeux et me noyrent

*
Puis se leva avec respect et rsolution * Et aligna les briques au-dessus de moi et me laissa

*
Et il dit : couvrez-le de terre et profitez * De la meilleure rcompense du Misricordieux qui possde tous les bienfaits

*
Dans les tnbres de la tombe, pas de mre * Ni de pre tendre, ni de frre qui me tienne compagnie

*
Jai t effray par ce que mon il a vu * De lhorreur de ce qui marrivait

*
De ce que je vais dire Mounkir et Nakir * Certes cela m a terrifi et pouvant

*
Ils massoirent et sacharnrent dans leur interrogation * Je nai personne dautre que Toi, mon Dieu, qui puisse me librer

*
Accorde-moi un pardon de Toi, Ô mon espoir * Je suis ligot par le pch, endett

*
En revenant, les proches se sont partags mes biens * Mon fardeau est pos sur mon dos et pse sur moi

*
Mon pouse a pris un autre mari ma place * Et lui a donn le contrle des biens et de la maison

*
Elle a fait de mon fils un esclave afin quil la serve * Et mes biens leur ont t donns sans contre-partie

*
Ne sois donc pas tromp par la vie dici-bas et sa parure * Et regarde ce quelle fait la famille et au foyer
*
Regarde celui qui veut tout de ce bas monde * Ne le quitte-t-il pas avec son seul baume et un linceul ?

*
Prends ce qui te suffit de cette vie et contente-toi de cela * Mme si tu nas pour toi que la sant

*
Ô toi qui sme le bien ! Rcoltes-en les fruits * Ô toi qui sme le mal ! Tu ne reposes sur rien

*
Ô me ! Arrte la dsobissance et tire profit * Dune bonne oeuvre en esprant quAllah me fera misricorde


*
Ô me ! Malheur toi, repends toi et fait une bonne oeuvre * Afin que tu sois rcompense aprs la mort par un bien


*

Et que les prires soient sur notre matre * Sur tout ce que lclair illumine au Cham et au Ymen

*
Et la louange est Allah qui nous fait atteindre le soir et le matin * Dans le bien, le pardon, la bienfaisance et les faveur. ]
    
 
farazdak
    
1 1

:
 ::  -